Dans le cadre d’un stage mis en place par l’Académie de La Réunion et animé par le CAUE de La Réunion (Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement), un groupe d’une quinzaine d’enseignants, était guidé à la découverte des enjeux du développement durable à l’échelle de la ville et de l’architecture contemporaine, et ce au travers de projections, de visites et de discussions.

Le but étant de leur donner des clés afin qu’ils puissent aborder ces thèmes avec leurs élèves et développer des outils pédagogiques. Une de ces visites de terrain s’est déroulée au siège social de Gaïa.

« Nous avons prévu de les amener à la découverte d’opérations exemplaires. Le but est de faire découvrir les démarches de programmation, de conception et amener à comprendre comment fonctionne le bâtiment notamment par rapport au climat. » argumente Frédéric JACQUEMART du CAUE Réunion.

Le siège social de Gaïa est un bâtiment exceptionnel à plus d’un titre. Situé sur la zone d’activité du Portail à Saint Leu, le bâtiment est un assemblage minutieux de charpentes en bois aménageant à la fois une zone de chargement, un espace de stockage et des bureaux administratifs. En plus d’être totalement issu d’une réflexion géo-climatique lui conférant une belle luminosité intérieure et une ventilation naturelle qui permet de se passer de climatisations pour réguler la température, le bâtiment possède une centrale photovoltaïque sur son toit pour produire une grande partie de sa consommation d’électricité.

« C’est le coeur de notre métier, pour une fois les cordonniers sont bien chaussés ! »
sourit Benoit HOAREAU Directeur Recherches & Développement Gaïa.

« Nous sommes notre propre client. Dès que nous avons réfléchi à la structure avec notre architecte, c’est l’une des premières choses que nous avons exigé : l’installation d’une de nos centrales photovoltaïques sur notre toit. C’est la meilleure preuve de la qualité et de l’efficacité de nos produits. Avec ce bâtiment, notre facture d’électricité est beaucoup moins élevée et nous contribuons à préserver l’environnement, bref … tout l’ADN de Gaïa réunit dans ce bâtiment. » appuie Benoit HOAREAU.

Gageons que, suite à cette démonstration, les enseignants pourront transmettre la fibre environnementale et faire germer dans l’esprit de leurs élèves, que le développement durable n’est plus une option aujourd’hui.